2000-2012 : Sixième Art et Mouvement

À ma maman pour m’avoir transmis ce goût de l’art classique, et à tous les amoureux de la culture musicale russe…

2002 : Présentation sur scène

« Devant la maison de l’échevin von Stahlbaum.

Acte I

C’est la veille de Noël et l’échevin von Stahlbaum donne une fête pour ses enfants, Clara et Fritz, et leurs amis. Parmi les invités se trouve le parrain de Clara, le docteur Drosselmeyer, qui, dit-on, a des pouvoirs magiques. Ce dernier offre à sa filleule un casse-noisette. Clara reçoit aussi, de ses grands-parents, une paire de souliers magiques. Or, Fritz, le frère de Clara, est jaloux et brise le casse-noisette de sa soeur que le docteur s’empresse de réparer.Tous dansent autour de l’arbre de Noël et du casse-noisette, et la soirée se termine dans la joie. Lorsque la fête est terminée et que tous sont endormis, Clara descend au salon et s’endort avec son casse-noisette. Des souris, des rats et des soldats de plomb envahissent la pièce. Les souris et les rats s’engagent dans une bataille contre les soldats. Clara se voit soudain devenir la proie des rongeurs et, grâce au docteur Drosselmeyer, le casse-noisette s’anime et vient à sa rescousse. Le Casse-Noisette et le Roi des rats s’engagent dans un duel au cours duquel le Casse-Noisette manque de se faire tuer par le Roi des rats. Clara, l’héroïne, lance de toutes ses forces son soulier magique à la tête de l’animal et l’élimine ainsi du combat. En récompense de cet acte de bravoure, le docteur Drosselmeyer métamorphose le Casse-Noisette en Prince. Celui-ci emmène Clara au Pays des neiges. Elle danse avec les flocons et son Prince l’entraîne au Royaume des friandises.

Acte II

Clara et son Prince sont accueillis par la Fée Dragée et son Cavalier. Le Prince leur raconte comment Clara lui a sauvé la vie. On donne une grande fête en son honneur, où elle reçoit des friandises et voit déferler devant elle une série de divertissements qui se terminent par un grand pas de deux. Après avoir dansé pour elle, la Fée Dragée rappelle à Clara qu’elle doit rentrer chez elle. Un grand cygne aux ailes d’or la prend sur son dos et la ramène à la maison. »

– Synopsis de Casse-Noisette tiré du site Internet de la compagnie Les Grands Ballets canadiens de Montréal

J’ai découvert Casse-Noisette bien après Le Lac des Cygnes, qui m’a suivie toute mon enfance quand j’écoutais ma mère le jouer au piano pendant des heures en accompagnant la chorale d’enfants de Nancy (ma ville d’origine) Les Mirabelles, dirigée par Anne Burger (« Hamburger » comme nous nous amusions à la surnommer avec ma sœur !). En ce qui concerne Le Lac des Cygnes, étrangement, j’ai grandi avec des paroles en tête avant la musique en elle-même, puisque la spécialité d’Anne pour sa chorale est d’inventer des paroles et de les calquer sur des œuvres classiques, ce que je trouve très créatif ! Je pourrais parler de ces tournées musicales dans le monde autour du Lac des Cygnes, mais aujourd’hui, c’est Casse-Noisette qui est à l’honneur. Le plus lointain souvenir que j’ai de ce ballet remonte à cette poupée Barbie reçue par ce que je croyais être le Père Noël à l’époque, la Barbie Casse-Noisette, à qui l’on pouvait faire fléchir et pointer les pieds de danseuse grâce à une jointure spéciale au niveau des chevilles. C’était la seule Barbie de ma collection à qui l’on pouvait faire bouger les pieds (logique), pieds sur lesquels étaient peints directement des chaussons pointes. Il y a eu ensuite la série de romans Danseuse à l’école du Royal Ballet écrite par Alexandra Moss, et dont je possédais les trois premiers tomes : L’audition, Premier spectacle, et La nouvelle élève, que j’ai lus plus d’une fois. C’étaient parmi les seuls qui m’avaient plu, car à l’époque, la lecture ne me passionnait pas. Dans Premier spectacle, l’école du Royal Ballet monte Casse-Noisette. Lors des quelques fois où j’entendais à nouveau parler de ce ballet, ma curiosité s’éveillait un petit peu plus que les fois précédentes, mais sans plus. J’appréciais bien mieux Le Lac des Cygnes.

Lors de l’année scolaire 2001-2002, nous travaillons fort pour préparer la prochaine présentation sur scène d’Art et Mouvement à l’Espace Rive Gauche de Mériel, qui aura lieu dans un champ de tournesol en 2002. 

Pour la journée des associations du 9 septembre 2001, Bernard Legon vient nous filmer pendant les répétitions ! 

Petit indice pour me reconnaître : Je suis celle qui a toujours l’air perdue, sauf lors du salut !

Je me suis de plus en plus intéressée à Casse-Noisette dans les années qui ont suivi, bien que très progressivement. Je commençais à tomber amoureuse de la musique de Tchaikovsky. 

2018 : l’année Casse-Noisette 

Pour la première fois de ma vie, je commets une folie en dépensant une petite fortune pour aller voir Casse-Noisette monté tous les ans par Les Grands Ballets canadiens de Montréal ! Pour quelqu’un qui a toujours aimé la danse et voir des spectacles, je n’avais jamais eu l’occasion d’assister à un ballet professionnel dans un théâtre avant 2018. Pour me mettre dans l’ambiance, je décide de faire un tour au Marché Casse-Noisette qui se déroule au Palais des congrès de Montréal quelques jours avant.

En attendant le spectacle depuis la Corbeille de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal le samedi 22 décembre 2018 à 19h17
Mentions spéciales cinématographiques

J’ai été également agréablement surprise par la qualité technologique, la beauté, et le caractère majestueux de la scène d’ouverture du film Casse-Noisette et les Quatre Royaumes (Lasse Hallström, Joe Johnston, 2018), qui m’a fait apprécier encore plus la composition de Tchaikovsky, et en particulier la sublime ouverture du ballet ! Ma deuxième mention est pour le magnifique documentaire Point d’équilibre (Christine Chevarie-Lessard, 2018), vu au Cinéma Beaubien de Montréal, dans lequel on assiste une fois de plus à la préparation de Casse-Noisette par l’École supérieure de ballet du Québec.

À la fin de l’année 2018, c’était sûr, je voulais reprendre le ballet à l’Académie de Ballet Sona Vartanian, mais était-ce vraiment une bonne idée… ? 

Mercredi 5 février 2020

Quelle n’est pas ma surprise lorsque je reçois le fichier vidéo de ma présentation sur scène de 2002 par celui qui a été le caméraman d’Art et Mouvement, et qui avait conservé tous les spectacles que j’ai pu retracer en visitant l’un de ses sites Internet ! Moi qui pensais avoir en ma possession tous mes spectacles, j’ai réalisé qu’il m’en manquait trois, et pour la première fois de ma vie, j’ai pu revoir un spectacle dont je n’avais plus aucun souvenir, et constater que nous avions dansé sur l’ouverture de Casse-Noisette ! Une belle coïncidence ! 

Je crois au hasard, sauf quand j’écris.

Références

Image mise en avant : klimkin sur Pixabay

Vidéo de la journée des associations : Bernard Legon

Spectacle

Chorégraphie / Recherche musicale / Mise en scène : Delphine MOLLOT

Bande son : Stéphane REICHART

Régie son : Nicolas MAES

Costumes : Catherine MOLLOT, Michèle GUILLOUX

Lumières / Décors : Alain MULL

Liaison plateau régie : Luc PONTHIEUX

Vidéo : Catherine et Bernard LEGON

Laisser un commentaire