C’est une nouvelle ère pour la culture de l’esprit humain, et pour l’éveil de la partie artistique qui se dissimule consciemment, inconsciemment, ou subconsciemment au fin fond de chaque psychologie humaine. Un homme a voulu capter ce qui restait de pur chez les Humains de nos jours : une capture d’écran de ce que la Nature nous offre, d’abord pour les yeux, puis éventuellement, pour des actions personnellement justifiables ou non (selon la moralité de l’invividu ou du groupe d’individus en question), et enfin, pour l’inspiration artistique aussi bien que médiatique (celle qui ne peut que marquer, ou tout du moins, attiser la réaction), des visages de bébés et d’enfants dont l’innocence n’est pas encore aliénée, des visages d’adultes prêts à tout pour continuer dignement dans leur individualité, un honorable éloge qui est fait de l’avancée technologique de notre ère qui ne peut qu’accroître l’unicité de l’être humain moderne et son obsession à en vouloir toujours plus. Rares d’ailleurs sont les moments où ne serait-ce que deux êtres humains se retrouvent ensemble, car nous ne sommes jamais vraiment ensemble. Nous naissons seuls, nous mourons seuls, nous ne passons réellement notre vie qu’avec une seule personne : la nôtre. UN paysage, UN visage, UN plan… UN sentiment particulier pour UN spectateur à UN instant précis, UNE connexion créée, puis UNE opinion générale unique pour ce même spectateur. Tous les êtres humains font UN monde, mais ce monde n’est pas UN monde, mais LE monde pour les quelques milliards d’acteurs qui le perçoivent et sont contraints de vivre avec. Pourquoi l’essence même du cinéma, ou des choses en général, semblent maintenant d’une platitude à mourir pour celui qui a été habitué à en vouloir toujours plus ? Pourquoi ne pas se satisfaire de l’expérience naturelle, jouissive, et riche qu’est la vie ? L’ego humain ne change jamais. Il fait mal, et demeure un mystère, mais sans lui, nous n’existerions sûrement pas. Pensez-y. Cet homme s’adresse à la pureté qui émane de votre âme si vous lui donnez une chance de s’échapper le temps d’une expérience artistique enrichissante pour les yeux, pour l’esprit, et pour le cœur. Prenez le temps de regarder, d’admirer, de penser et d’aimer la nature humaine pour ce qu’elle vous offre à vous seul personnellement, pour le pion unique qu’elle fait de vous, et non pour ce qu’elle vous refuse pour parfois l’offrir à d’autres.

20-22 OMEGA (Thierry Loa, 2018)

Note

Le film (le premier d’une série à venir) sera disponible dans plusieurs salles de cinéma à Montréal en 2019. Dès le 8 février, il sera à la Cinémathèque québécoise !

Sources

Auteure : Margaux Soumoy

Photographie

20-22

Utilisée avec la permission de Thierry Loa