The Horrifically Real Virtuality (Marie Jourdren, 2018)

Quand j’ai rencontré Béla Lugosi et Ed Wood… !

Aujourd’hui, c’est de ma première expérience de réalité virtuelle dont je vais vous parler, ou tout du moins, de la première suffisamment impressionnante pour que je m’en souvienne. Une expérience incroyable qui va au-delà de la simple réalité virtuelle, et qui mêle théâtre immersif, cinéma, et participation du spectateur ! Du jamais-vu dans mon monde… ! Une expérience qui m’a fait regretter de ne pas avoir pu la faire partager aux gens de mon entourage à l’époque… Mais tout d’abord, une petite mise en bouche que je n’avais d’ailleurs jamais goûté avant de vivre l’expérience…

« The Horrifically Real Virtuality, présentée par Phi en première canadienne, est une œuvre de théâtre immersif vous proposant de participer au tournage du nouveau film d’Ed Wood, le «pire cinéaste de tous les temps»! Plongez dans un environnement virtuel et interagissez physiquement et en temps réel avec des personnages et des objets matériels. Poursuivez l’expérience en visitant un lounge inspiré de l’univers étonnant d’Ed Wood dans une scénographie imaginée par Phi.

Synopsis

Bela Lugosi, acteur célèbre pour ses interprétations de vampires, accepte de participer au tournage du nouveau film de son ami, le réalisateur Ed Wood, afin de lui donner sa chance à Hollywood. Lugosi possède la faculté unique d’accéder à une dimension parallèle, la réalité virtuelle, où il sera appelé à rencontrer des humanoïdes étranges venus d’un autre espace-temps: le Centre Phi, en 2019.

Créée par DVgroup et réalisée par Marie Jourdren.

Présentée en première canadienne

En compétition, Venice Virtual Reality

La Mostra de Venise, 2018

Innovation in Storytelling

Future of StoryTelling, 2018

Distribution:

Bela Lugosi: Sylvio Archambault, Claude Talbot, Guillaume Tremblay

Ed Wood: Gabriel Morin, Francis Vachon, Thomas Vallières

Sarah: Julia Borsellino, Marie-Michelle Garon, Caroline Lavigne

Lounge inspiré de l’univers d’Ed Wood

Au-delà de l’expérience immersive, poursuivez votre exploration de l’étonnant univers d’Ed Wood dans une installation ouverte à tous. Cinéaste longtemps méprisé pour ses films de série Z, Ed Wood est devenu une figure culte du cinéma hollywoodien. L’installation de Phi s’accompagne d’un bar inspiré de l’univers de Plan 9 from Outer Space et d’une boutique aux allures de Bride of the Monster. »

Présentation de l’œuvre extraite du site Internet du Centre Phi. 

Après avoir vu passer l’évènement sur Facebook, il n’a plus quitté mon esprit, et j’ai finalement décidé de foncer m’inscrire pour cette expérience qui promettait d’être spectaculaire ! Comme à l’ordinaire, j’y suis allée seule, le vendredi 26 avril 2019. Ce n’est pas tout le monde dans mon entourage qui était prêt à sacrifier une petite somme d’argent pour vivre une telle aventure. Comme à mon habitude, je suis arrivée en avance au Centre Phi, un beau bâtiment au charme vintage situé en plein cœur du vieux Montréal, ou d’une reconstitution de grande ville nord-américaine de la fin du XIXème siècle, et l’atmosphère de réalité virtuelle qui régnait au deuxième étage m’a convaincue immédiatement que l’expérience s’annonçait prometteuse. Nous étions un groupe d’une dizaine de personnes, la plupart en famille ou entre amis, et moi seule. Une dame type un peu boute-en-train nous a ensuite fait entrer dans un espace sombre, fermé par des rideaux de scène et décoré de quelques affiches de films, pour nous expliquer les consignes à respecter lorsque nous passerions de l’autre côté du rideau. Il me semble que la consigne principale était de rester tranquille, et de faire ce que le réalisateur nous dirait. En passant de l’autre côté du rideau, le comédien Claude Talbot nous attendait, au milieu d’un décor simulant celui d’un salon de maison dans les années 1920, avec des électrodes et des outils technologiques sur tout le corps. C’était impressionnant ! Ses gestes étaient captés et transmis en direct sur un écran sur lequel une reproduction numérique de Béla Lugosi bougeait au même rythme que lui. La fameuse dame qui nous avait expliqué les consignes était toujours là, et se permettait d’interrompre le tournage régulièrement en se plaignant constamment des imprévus qui altéraient notre expérience. Je sentais qu’avec le groupe, nous étions partagés entre le doute par rapport à la somme que nous avions dépensée, et le souhait que cette dame se taise. J’ai ensuite compris qu’elle était la productrice du film qui était en train de se tourner, et sur lequel nous étions invités à participer. Pour nous inclure dans le tournage de son film à risque, Ed Wood a alors demandé des volontaires. Je suis le genre de personne à être trop timide pour lever la main dans ces moments-là, mais à mourir d’envie que l’on me choisisse ! Une personne s’occupait de la musique, une autre du montage à l’aide d’une application sur une tablette spécialement conçue pour l’expérience, et moi, (Yes !) j’étais en charge, si je me souviens bien, d’appuyer sur le bouton d’une petite machine à chaque fois que je ressentais l’envie d’éclairer Lugosi. Pendant plusieurs minutes, le comédien jouait, et nous assistions le réalisateur à la mise en scène. C’était magique ! Une fois la scène terminée et au goût du réalisateur, la productrice nous a invités à nous rendre dans un troisième espace sombre encerclé par des rideaux où des techniciens nous ont équipés d’un casque de réalité virtuelle, ainsi que d’un sac à dos électronique captant tous nos mouvements. Et dès ce moment, mon contact avec la réalité était coupé, et je vivais en noir et blanc, exactement comme je pensais que le monde vivait il y a quelques temps. Je me suis retrouvée dans un univers étrange, sans jambes, le tronc de mon corps reposant dans une drôle de mini-soucoupe. Tout le monde autour de moi était exactement pareil. Peu importe le nombre de femmes dans le groupe, nous étions tous des humanoïdes masculins en costume cravate, et avec de drôles de lunettes sur la tête. J’ai essayé de lever mon bras. Wow ! J’étais devenue un humanoïde ! La voix de la productrice nous guidait toujours, et nous étions invités à sortir dans la rue et à nous rendre dans un théâtre américain dans les années 1920. Aucune crainte de nous rentrer dedans puisque nous nous voyions les uns et les autres en humanoïdes. J’ai cru avoir un souci technique un moment, avant que la productrice me prenne à part et me le règle en un claquement de doigt, et avec un professionnalisme admirable. Nous sommes entrés dans le théâtre et avons pris place sur de petits tabourets circulaires positionnés côte à côte que je sentais lorsque je m’asseyais, même si je n’étais pas supposée avoir de fesses… Un film se déroulant dans une forêt qui semblait abandonnée et sinistre, avec une barrière qui traîne, nous était ensuite projeté. Le film s’est avancé vers nous, et hop, nous étions dedans en l’espace de quelques instants ! Nous avons aperçu une boîte étrange posée sur une table au milieu de la forêt et nous avons été invités à aller y toucher. J’ai lâché innocemment : « Qu’est-ce qu’on doit faire ? », « J’en sais rien. », m’a répondu une dame du groupe. Nous tripotions la boîte et son contenu qui paraissaient être en bois et représenter une miniature de salon, avant d’être enfin rappelés à retrouver Lugosi dans son salon, après de longues minutes, peut-être un peu trop longues. Quel personnage drôle et attachant ! Nous étions muets comme des carpes depuis le début, tandis que lui faisait son show. Il nous a ensuite invités à nous présenter chacun notre tour et à improviser avec lui. Une personne du groupe a fui la contrainte en prétendant vouloir aller aux toilettes. J’ai décidé d’en faire autant quand est venu mon tour. Lugosi a alors lâché : « Mais qu’est-ce que c’est que ces gens du futur qui ont tous des problèmes intestinaux ! », puis il m’a pris la main et m’a conduite dans les toilettes étroites du salon. Pas si différentes les toilettes des années 1920 ! Nous sommes restées là avec l’autre personne (une femme je crois), mortes de rires, avant que Lugosi nous invite à revenir dans son salon et à nous asseoir un moment. Il ne savait pas comment terminer son film, et nous a demandé notre avis. Il a ensuite évoqué une fin qui nous projetterait dans son futur à lui, les années 1950 à Hollywood, et sans que nous ayons pu trop réfléchir, nous nous sommes rapidement retrouvés dans une pièce éclairée mais vide pendant quelques instants, avant de revenir à la réalité. En nous escortant vers la sortie après nous avoir enlevé tout notre attirail, la fameuse dame, Sarah en fait, qui nous avait expliqué les consignes, nous saluait tout en s’excusant pour le mauvais service que nous avions reçu tout au long de l’expérience, et en ajoutant avec un ton navré qu’en tant que productrice, elle était à notre disposition pour toute expérience professionnelle.  Ah d’accord ! C’est à ce moment-là qu’une atmosphère de soulagement et d’humour est tombée sur le groupe lorsque nous avons enfin tous compris qu’il s’agissait d’une comédienne depuis le début, et que les remarques continues étaient un jeu. Je comprends mieux maintenant ce que le concept de théâtre immersif venait faire dans l’intitulé de l’expérience ! Quelle aventure !

L’expérience a été extraordinaire pour moi ! Aucun regret par rapport à la somme dépensée qui en valait vraiment la peine. Les comédiens étaient exceptionnels, la mise en scène très originale, la technologie bien réglée et impressionnante, et l’organisation parfaite. Seul bémol, le scénario manquait de consistance et d’intrigue. Nous passions de pièces en pièces sans qu’il n’y ait de corrélation particulière entre elles, ni entre les personnages que nous représentions. La fin était trop vite expédiée à mon goût, et m’a laissée sur ma faim, surtout que nous étions censés nous retrouver à Hollywood dans les années 1950, en train de siroter des boissons devant une piscine en compagnie des plus grandes stars de l’époque. 

Pour ma petite notation personnelle, je donne quatre étoiles sur cinq à cette expérience ! 

Je crois au hasard, sauf quand j’écris.

Références

Image mise en avant : La Presse

Laisser un commentaire