Une coccinelle andalouse

À mon amie Virginie Pronovost qui comprendra ma psychose un peu spéciale pour l’art surréaliste (ou art psychotique), et dans ce cas-là, pour la technologie surréaliste dont ce qui suit en fait partie selon moi…

Réflexions introductives sur la réalité virtuelle 

Le surréalisme psychotique de l’œil et du cerveau humains

J’ai beau avoir toujours ressenti une attirance pour l’art, certaines parties de la science m’ont également toujours fascinée, d’autant plus que je trouve extrêmement ingénieux le fait de mêler l’art à la science dans des œuvres. J’encourage complètement cette initiative ! Sans rentrer dans la complexité de la physique, de la chimie, ou du calcul, ce sont plutôt les sciences naturelles et l’astronomie qui m’intéressent, du plus grand au plus petit, ou du plus petit au plus grand, car d’où est parti le monde finalement ? Ce sont ces sciences qui tentent d’apporter quelques réponses aux questions existentielles de la vie qui m’intriguent, sans qu’il ne soit question de quelconque carrière dans ces domaines… Aujourd’hui, c’est d’une innovation relativement récente dont je voudrais vous parler : la réalité virtuelle. Et oui, j’ai beau vouloir vivre dans le passé, je reste toutefois ébahie devant certaines innovations technologiques de mon époque. 

Voici d’abord deux images qui prouvent que l’œil et le cerveau humains sont déjà fascinants sans que quelconque technologie ne vienne bouleverser notre perception. Jouez gentiment avec vos yeux, et vous observerez trois choses inédites sur chacune de ces images ! Trois, pas deux. Regardez-bien ! 

Cœur rentré avec la vision croisée, cœur en relief avec la vision parallèle

Premier stéréogramme

Fleur jaune en relief parfait à bonne distance

Deuxième stéréogramme

La réalité virtuelle

Chaque expérience vécue est un témoignage unique, et l’expérience de la réalité virtuelle ne déroge pas à la règle. C’est de la mienne dont je vous parle ici. Si vous souhaitez vous informer davantage sur cette fascinante technologie du XXIème siècle, je vous invite à effectuer quelques recherches qui sauront vous donner envie d’essayer ! 

J’avais déjà expérimenté le cinéma en trois dimensions auparavant, mais du plus loin que je me souvienne, mon premier contact avec la réalité virtuelle a eu lieu le 4 avril 2018, lors de l’une des dernières séances de l’un de mes cours au Baccalauréat en études filmiques à l’Université Concordia. Notre professeur avait invité un conférencier spécialiste de la réalité virtuelle, et nous nous étions réunis dans une salle spéciale avec une chaise pivotante au milieu, ainsi qu’un écran. La personne qui expérimente la technologie se voit donner un casque à positionner sur les yeux. et à attacher derrière la tête, et la personne entre alors immédiatement dans l’œuvre à travers une technologie mettant en œuvre les 360 degrés d’un espace physique réel ! La personne devient alors physiquement (ou presque) partie intégrante de l’œuvre en tant que son propre personnage ! L’écran servait à ce que les autres étudiants dans la salle voient exactement ce que la personne avec le casque voyait, mais en deux dimensions.  

Cette technologie m’a tout de suite tellement impressionnée (d’un point de vue d’abord purement technologique plutôt qu’affectif) que dans les mois qui ont suivi, je me rendais régulièrement au Centre Phi, un établissement voué à la promotion et à la diffusion d’œuvres artistiques sous toutes leurs formes, avec un intérêt particulier pour la réalité virtuelle. J’avais également eu l’occasion d’en voir d’autres lors de la 23ème édition du festival Fantasia. 

Comme le recherchent les créateurs d’œuvres en réalité virtuelle, ma première impression de cette technologie a été son caractère exceptionnellement immersif en termes d’espace et de mobilité de la tête ! Je précise bien en termes d’espace et de mobilité de la tête, car toute œuvre est immersive d’une certaine manière, mais la réalité virtuelle se distingue de toutes ces autres technologies par la mobilité dont le spectateur doit faire preuve. Mes impressions envers cette technologie sont donc positives, mais il y a certaines règles à respecter selon moi pour en profiter pleinement.

Après avoir eu la chance de visionner plusieurs œuvres de réalité virtuelle dont des films d’horreur, j’avais été tellement enthousiaste que l’une de mes première interrogations a été : Pourquoi n’existe-t-il que des court-métrages en réalité virtuelle et pas des long-métrages ? J’ai très vite compris pourquoi… La réalité virtuelle incite le spectateur à être actif comme il le serait dans la vie réelle, car s’il reste passif, le caractère immersif de la technologie peut être réduit. Le spectateur doit participer à l’œuvre en étant en mouvement. Dans la plupart des œuvres de réalité virtuelle dont j’ai fait l’expérience (à part une exception en particulier que je me ferai un plaisir d’évoquer dans un autre article), la station assise suffit pour apprécier le film, mais ce n’est pas pour rien que l’on place les spectateurs sur des chaises pivotantes ! C’est le mouvement de la tête et du corps qui fait toute la différence… ! Mais est-ce vraiment de la réalité virtuelle ? J’appellerais plutôt cela du surréalisme virtuel. 

Je crois au hasard, sauf quand j’écris.

Références

Image mise en avant : PIRO4D sur Pixabay

Premier stéréogramme : « Qu’est-ce qu’un stéréogramme? « Magique Œil Stéréogramme Quiz » l’appli qui nous fait loucher… sur Girleek (Jérémy Ruiz, 7 mars 2012)

Deuxième stéréogramme : Wiktionary 

Laisser un commentaire